L'extraction de cuivre, un casse-tête géologique, environnemental et fiscal | Les Echos

image

Rio Tinto vient de lancer les travaux d'extension de sa mine de cuivre dans le désert de Gobi en Mongolie. (Byambasuren Byamba-Ochir/AFP)

Incontournable. Des réseaux de télécommunications aux voitures électriques en passant par les éoliennes, le cuivre est présent à tous les étages de la transition énergétique. Le métal rouge « est la pierre angulaire des technologies liées à l'électricité », rappelle l'Agence internationale de l'énergie dans un rapport sur la criticité des métaux. Pour produire 1 MWh d'électricité, une éolienne a par exemple besoin de 4 à 8 tonnes de cuivre.

La demande en cuivre est donc vouée à exploser, et les cours se sont envolés à plus de 10.000 dollars la tonne. Trafigura , l'un des plus grands négociants en cuivre de la planète, ne serait d'ailleurs pas étonné de voir le prix atteindre les 15.000 dollars au cours de la décennie. Pour les industriels du secteur, la situation est prometteuse : les prix sont élevés et les débouchés garantis.